Furious

By: L J Shen


Deux qu’ils avaient rencontrées à la fac.

La petite amie d’Emery, qui a avoué qu’il l’avait forcée à faire des choses quand ils étaient ensemble.

Et Wren, qui a confessé qu’ils avaient abusé d’elle un soir, alors qu’elle était trop soûle pour reprendre le volant.

Je dis « les garçons », mais au moment des faits ils étaient assez âgés pour être qualifiés d’hommes.

Sauf qu’ils ne seraient jamais des hommes.

Un homme ne prend pas sans demander.

Un homme ne profite pas d’une femme.

Un homme. Ne. Viole. Pas.

Mayra a vu sa licence révoquée par l’État et fait maintenant l’objet d’une enquête. Aux dernières nouvelles, elle a dû vendre sa maison, n’étant plus en mesure de rembourser son crédit immobilier. Le fait de ne plus pouvoir exercer n’a pas dû aider, j’imagine.

D’après mon compte en banque, je suis toujours millionnaire, mais c’est surtout mon âme qui me paraît riche ces jours-ci. Ma mère est quelque part à Anaheim, où elle fait du couch surfing chez d’anciens amis. Elle m’appelle de temps en temps, histoire de quémander quelques billets. Je n’ai pas encore touché à l’argent de Darren, mais, le jour où ce sera le cas, je sais ce que je ferai. J’aiderai les autres, pour compenser le fait que personne ne m’a aidée quand j’en avais besoin.

Je parle à l’inspectrice Villegas. Beaucoup. Ensemble, on fait des séances de brainstorming pour trouver le meilleur moyen de dépenser ce fric. Pour s’assurer qu’il tombera dans de bonnes mains. Mais voici ce dans quoi je ne le dépenserai jamais : des fringues. Des maisons. Des voitures. Des cadeaux hors de prix.

Cet argent a un sens. Simplement, je ne l’ai pas encore trouvé.

— Tes pancakes d’anniversaire sont prêts ! crie Hannah depuis le rez-de-chaussée.

Je souris dans mon oreiller et j’ouvre un œil.

— J’essaie de garder la ligne ! lancé-je depuis ma chambre à l’étage.

Hannah ne vient plus que trois fois par semaine, mais je la paie le double de ce que la payait Pam. Merci, Darren.

— Tu dois manger des pancakes pour ton anniversaire. C’est la règle.

— Les règles sont faites pour être brisées !

Je dévale les marches deux par deux. Je ne m’attends pas à voir Bane, je sais qu’il avait des affaires à gérer en ville. Notre emploi du temps est surchargé ces derniers temps, entre nos projets d’avenir à Todos Santos, la carrière de Bane en tant que surfeur pro et prof de surf, et le fait que j’ai acheté des parts de Book-ish, la librairie où je continue à travailler.

Bane n’est pas là, mais tous les autres sont au rendez-vous.

Il y a des ballons par dizaines. Une immense bannière d’anniversaire est accrochée dans le séjour. Je souris à ma tribu, me sentant aimée, chérie, grisée. Je me sens aimée.

Hannah. Gail. Sonya. Edie. Beck. Mme Belfort. Kacey. Ryan. Tous ceux que j’aime.

Gail et Sonya sont les premières à m’approcher. Gail lâche la main de Beck et s’avance vers moi, tout en promenant un regard amusé sur mon pyjama rose. Sonya, quant à elle, me caresse la joue, comme la mère que je n’ai jamais eue.

— J’ai longuement réfléchi à ce que je pouvais t’offrir et je crois que j’ai trouvé le cadeau parfait, glousse Gail.

— Une nouvelle meilleure amie, j’espère ? Parce que la mienne se la raconte un peu trop, je trouve, blagué-je.

Sonya secoue la tête et passe un bras autour de moi pour me serrer contre elle.

Gail me fourre une boîte de préservatifs dans les mains.

— Sers-t’en. Mon patron est un tel connard, je préférerais qu’il évite de se reproduire.

Sonya pousse un cri de protestation et agite un index menaçant sous le nez de Gail.