Furious

By: L J Shen


Je prends la boîte et je la pose sur le plan de travail en granit.

Je n’ai pas le cœur de lui annoncer que ça fait des mois que j’ai arrêté la pilule. Et que c’est sûrement déjà trop tard.

Et puis, c’est un peu tôt, je n’ai que quelques jours de retard et je ne l’ai pas encore dit à Bane. Mais hier, quand j’ai fait le test et qu’il s’est avéré positif, je me suis tournée vers le miroir et j’ai souri.

Ma vie entière n’a été qu’une attente de toi.

Je prends Gail dans mes bras, et elle me murmure à l’oreille :

— Je t’aurais bien offert une épée, mais tu en as déjà une.





Bane



— T’as baisé ma mère, putain !

Je pianote sur la vitrine qui protège des bijoux plus ruineux qu’une maison de cinq étages à Fresno. Hale lève les yeux au ciel et balaie mon engueulade d’un revers de main.

— Je ne savais pas que c’était ta mère. Quand tu es venu ce jour-là avec Jesse, j’étais aussi étonné que toi.

— Heureusement que je ne savais pas que c’était toi dans la chambre. Sinon, je t’aurais tué, commenté-je d’un ton dégagé.

Et je n’exagère pas.

— Je sais, affirme-t-il en faisant mine d’éponger de la sueur invisible sur son front. Je l’ai échappé belle. Et c’est pas fini.

— Voilà.

La vendeuse derrière le comptoir tend à Hale un petit sac vert. Il vient de claquer l’équivalent de dix mois de salaire.

— Et vous ? enchaîne-t-elle en m’adressant un sourire charmant.

Elle referme le catalogue qui était ouvert sur une bague de fiançailles.

Celle-là même que Hale vient d’acheter.

— Vous me demandez si j’ai envie de claquer trente mille dollars aujourd’hui ? Non merci, ça va aller.

Elle éclate de rire. Je me tourne vers Hale et lève un doigt en guise d’avertissement.

— Si tu me donnes un frère ou une sœur, c’est fini pour toi.

Il jette la tête en arrière et se bidonne.

— T’es dingue !

— Tu n’as pas dit « non ». J’attends.

— Je vais épouser une nana de quarante-quatre ans. Peut-être qu’on aura un gosse. Peut-être que non. Quoi qu’il en soit, tu seras le premier informé.

Voici ce qui s’était passé : le jour où j’étais arrivé avec Jesse, ma mère avait décidé de coucher avec un type rencontré dans un bar la veille au soir. Un type qui se trouvait être mon associé. Elle lui avait demandé comment il s’appelait. Il avait répondu Johnny. Il lui avait demandé comment elle s’appelait. Elle avait répondu Ruslana. Ils avaient tous les deux cru à une histoire sans lendemain.

J’étais arrivé au milieu de leur… ne me forcez pas à le dire, et elle l’avait flanqué à la porte. Sauf que, fidèle à lui-même, Hale avait été super vénère. D’abord, parce qu’ils n’avaient pas tout à fait fini ce qu’ils avaient commencé, mais surtout parce qu’il avait fricoté avec la mère d’un de ses meilleurs potes sans le savoir. Il était repassé chez elle un peu plus tard dans la journée et l’avait accusée de lui avoir menti. Elle avait rétorqué que lui aussi.

Une semaine après, ils m’annonçaient qu’ils se plaisaient trop pour ne pas essayer de voir où leur histoire pouvait mener. Ils m’ont demandé, sur une échelle de un à cent, où cent impliquait que j’étais au bord du suicide, dans quelle mesure j’en souffrirais s’ils se mettaient ensemble.

Au début, j’ai cru que je faisais une crise cardiaque.

— Flocon de neige, vérifie mon pouls. Il va plus vite qu’une Ferrari.